Forum de la Guilde URR
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'ascension de la lame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Barthikorn



avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/05/2014
Age : 23

MessageSujet: L'ascension de la lame   Lun 5 Jan 2015 - 1:49

Nouvelle année, nouveau récit ! N'hésitez pas à partager votre ressenti et vos avis ! Ca m'intéresse de savoir ce que vous en pensez ^^

Les lames s’entrechoquaient avec fracas…. Esquive, estoc, parade…. Son adversaire était loin d’être mauvais. Il maniait son imposante claymore finement ouvragée avec l’aisance des plus grands bretteurs et frappait méthodiquement, instinctivement… intelligemment. Chacun de ses coups était mesuré avec la plus grande précision si bien qu’on en doutait qu’il s’agissait bel et bien d’une arme à deux mains. Sa rage de vaincre transparaissait dans chacun de ses coups, de ses gestes, de ses expressions du visage. Il jouait pour sa vie dans ce combat… Son rythme s’accélérait lorsqu’il s’essoufflait et décélérait lorsqu’il reprenait l’avantage. Il imposait son style issu des traditions guerrières des lignées nobiliaires d’Hurlevent, soit un savant mélange entre la férocité d’un gronn, la ténacité d’un crocilisque et la patience d’une tisseuse vileponte. Il dominait sans peine l’affrontement.

Parade, esquive, coup franc, estocade….Aucune faille, aucun temps mort… impossible de lui tenir tête… Réfléchir, réfléchir… blocage, crochetage, tentative de saisissement… les coups étaient de plus en plus pressants et le gout du sang commençait à poindre au fond de la gorge. Ce gars-là n’était pas Connétable pour rien et il était clair qu’il avait au moins mérité ce grade pour ses compétences d’escrime. Comment faire ? La différence de niveau était bien trop importante… Ce type menait ce ballet macabre et ordonnait le rythme de la bataille selon ses désirs !

Aucun coup ne l’atteignait, et aucune manœuvre ne le déstabilisait ; il renversait toutes les tentatives de blocage à son avantage pour rendre des coups chaque fois plus meurtriers. Il tailladait les flancs, griffait le torse, frappait le heaume, tournoyait et repoussait les veines attaques qui lui étaient portées…. Il était le genre de prodige qui ferait passer un maitre bretteur pour un néophyte où chacune de ses esquives s’accompagnait de crochetages, où chacune de ses parades entraînait un déluge de coups assassins.

Barthikorn n’était pas la hauteur et il ne put empêcher d’assister à l’envol de sa courte lame en acier après que ce génie épéiste, par une manœuvre habile et imprévisible, à l’image du reste de ses attaques, ait brisé sa garde pour lui subtiliser son arme des mains. Il s’effondra sous le déluge de coups et s’affala sur le sable ensanglanté sous ses pieds. Il était à la merci de son ennemi.

« Les jeux sont faits, petit merdeux » furent les dernières paroles qu’il entendit avant de voir poindre l’ombre de la claymore d’obsidium dans les airs.
Revenir en haut Aller en bas
Colibry



avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Charente (16)

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Lun 5 Jan 2015 - 17:57

OUI BARTHI !!!!
C'est trop trop trop bien !
Mais bon, faut la suite maintenant, parce que nous laisser avec un Barthikorn à moitié épuisé sur un sable ensanglanté, à la merci d'un vil escrimeur... mais que va-t-il se passer ??????
Revenir en haut Aller en bas
Uisces



avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 53
Localisation : France

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Lun 5 Jan 2015 - 22:13

trop bien effectivement reste a voir la suite ^^
Revenir en haut Aller en bas
Cyndraë



avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 03/12/2014

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Mar 6 Jan 2015 - 4:48

Ah oui ! Fort sympa ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Barthikorn



avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/05/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Dim 11 Jan 2015 - 4:34

Voila la suite (ou plutôt la préquelle mouhaha). Bon je sais c'ets un peu long mais j'a écrit sans me rendre compte de la longueur du truc ^^ désolé !

Hurlevent, 5 ans plus tôt.
   
« Allez, allez, allez, on se dépêche ! Faites-vous beaux les enfants, les contremaîtres seront bientôt là ! » La gouvernante de l’orphelinat, Shellene, s’affairait de toutes part, balayant l’entrée, disposant les tables, époussetant la grande armoire, sortant les plats du four pour les disposer sur la longue table au centre de la pièce.
    « Hep, toi là, touche pas ! C’est pour les invités ! » Haussant le ton et élevant son index dans les airs, elle pestait contre le gros John qui rodait autour des pâtisseries. « D’ailleurs, ton lit est fait ? »
    « Heuuuuu… oui Shellene, bien sûr… » assura John en détournant le regard, détail qui n’avait pas échappé à la gouvernante.
    « Ah très bien ! Donc si je vais voir ton lit disons maintenant, je n’aurai pas de mauvaises surprises ? » s’amusa Shellene, le sourire aux commissures des lèvres.
    « Heuuu… bah… il est pas tout à fait fini… heu… j’ai quand même préparé la couverture pour que… heu… » Ses joues rougissaient à mesure qu’il baissait la tête «  Et puis, c’est pas facile à faire ! » tenta-t-il de se défendre. Elle s’esclaffa.
    «  Hahaha ! Allez va voir Eilayn et demande lui de t’aider, ça lui fera plaisir tiens »
    « Vous… vous… vous croyez ? »
    « Mais oui ! Allez ouste on n’a pas tout notre temps là ! » Elle secoua la tête en souriant tandis que John retournait vers son duvet et retourna alors à ses occupations avant de demander. « Dis-moi Tom, tu sais quand Barthi reviendra de chez les frères Langston ? »
    Celui-ci se retourna, réfléchit un instant avant de répondre. « Il avait dit qu’il en aurait pour une petite heure je crois »
    « Ahhhh celui-là alors, toujours à vouloir faire les choses simples rapidement… Il devrait savoir pourtant qu’il met toujours plus de temps que prévu … »
   
    Ce n’est que quelques minutes plus tard que Barthikorn poussa la porte, les bras chargés des sacs de farine que Shellene lui avait demandé. « Me voilà ! »
    « Ah Barthi ! Va donc te décharger de tout ça dans la cuisine » déclara Shellene en désignant du bras la direction de la pièce « Puis tu iras te préparer pour la suite. Nos invités arrivent dans peu de temps ! »
    Tom lui décrocha un sourire un coin, tandis qu’il se dirigeait vers la cuisine, avant de lui chuchoter en ricanant « Au fait, t’iras voir ta sœur, la matrone lui a encore envoyé le gros John sur le dos ». Barthikorn soupira, posa les sacs comme indiqué et grimpa à l’échelle pour rejoindre son lit. Il entreprit alors de se préparer pour l’occasion. Bon sang, des évènements pareils, c’était pas pour lui ! Il ouvrit la petite penderie personnelle et en sortit une tunique et un fute en toile de lin pour finalement se dire qu’il n’était pas très doué pour s’habiller proprement après s’être vu dans le reflet de la fenêtre…
    « Ah la la, t’es vraiment pas doué grand frère ! » Barthikorn se retourna, Eilayn se tenait là, les mains sur les hanches, se retenant de rire à la vue de son accoutrement. « C’est marrant quand même, t’as de quoi être potable mais tu t’évertues à t’habiller comme un murloc ! » Son regard trahissait son amusement face à la situation. « T’as peut être besoin d’aide non ? Ca te placerait sur le même pied que John après tout, je viens d’en finir avec lui »
    « Roooh c’est bon je suis suffisamment grand pour m’habiller » s’entendit-il grogner. « Puis bon, à quoi ça sert franchement de se préparer comme ça ? Pour ce que ça va m’apporter… »
« Ah je te reconnais bien là frérot, toujours prêt à râler ! » Elle se tourna pour se diriger vers le coin réservé aux filles, où se trouvait son lit. « Bon je vais me préparer aussi, je repasse d’ici cinq minutes… » Puis elle ajouta, amusée : « Et fait gaffe, j’ai beau avoir deux ans de moins, je ne vais pas te laisser descendre tant que tu n’auras pas une tenue correcte. Te voilà prévenu ! » Elle lui fit un clin d’œil avant de s’en aller.
    Finalement l’arrivée dans cet orphelinat avait ses côtés positifs. Il pouvait veiller sur sa sœur tandis qu’elle profitait de leur nouvelle vie. Il sentit ses souvenirs dériver vers cette fatidique journée et s’interrompit pour des sujets plus triviaux : quelle tenue fallait-il qu’il prenne ?

    De son côté, Eilayn porta son choix sur la robe rouge que son frère lui avait acheté pour son anniversaire, 3 mois plus tôt. Le tissu était d’une qualité rare (peut-être de la soie ?) et le vêtement semblait avoir été travaillé par des mains expertes. Elle savait que Ben, enfin Barthikorn comme il aimait à être appelé désormais, avait dû se ruiner pour lui offrir ce cadeau, même s’il ne voulait pas l’admettre ce bougre ! Elle se coiffa rapidement et laissa tomber ses longs cheveux bruns sur ses épaules avant de se rediriger vers la couche de son frère.
    Celui-ci avait apparemment décidé de la prendre au sérieux et portait élégamment une chemise blanche, quoique légèrement trop grande, accompagné d’un pantalon de laine noire et de chausses en cuir léger teintées en noir. Ces vêtements le montraient sous son meilleur jour et permettait d’apercevoir la musculature, certes discrète, que son frère avait développé en ayant aidé les bucherons du Val d’Est quelques semaines plus tôt.
    « Quand je te dis que tu peux ressembler à quelque chose » dit-elle.
    « Ah tu trouves ? » La moue désabusée, on pouvait sentir qu’il n’était pas à l’aise dans ce genre de tenue. « J’ai l’impression de ressembler à un gnoll en costume… » Elle s’esclaffa. « Je vois que tu portes la robe que je t’ai offerte, elle te va vraiment bien ! »
    « Mais c’est que ce gnoll est un flatteur invétéré! », dit-elle en riant. « Et merci du compliment grand frère ! » Elle fit une pause avant de reprendre, « Dis, tu crois qu’on va y arriver aujourd’hui ? ». Son frère se retourna vers elle et sourit.
    « Comme toujours Eilayn… Comme toujours » Il y croyait encore. Oui, il croyait encore qu’un jour, ils auraient leur propre vie rangée et sans problèmes. Il croyait encore pouvoir oublier ce qu’il s’est passé il y a presque un an. « Nous devrions descendre je pense. On va se faire rosser par Shellene autrement ! » reprit-il en se dirigeant tranquillement vers l’échelle.
    « Oui, tu as raison » dit-elle en le suivant.
    Une fois en bas, elle aperçut que tout le monde était descendu et se dirigea vers le coin où se trouvaient ses amies tandis que son frère rejoignait Tom. Elle put aussi comprendre que Stewe se trouvait au centre du groupe de filles qui s’empressaient de se coller à ce type… Elle ne comprenait d’ailleurs pas pourquoi elles étaient autant entichées de ce gars… il était certes pas mal mais tellement stupide au point d’en faire pâlir un murloc ! Shellene, quant à elle, disposa les derniers plats sur la table, épousseta sa longue robe noire puis appela au calme avant d’expliquer :
    « Bon les enfants, aujourd’hui est un grand jour ! Les artisans et contremaîtres de tout Hurlevent vont venir et vont chercher à vous connaître. Donc vous êtes polis, vous répondez bien aux questions, vous montrez que vous êtes déterminés. Et si vous avez de la chance, ils vous prendront en tant qu’apprentis ! » Elle sourit « Je sais que vous en êtes capables, TOUS et non pas seulement toi Stewe ! »

    La mi-journée pointait lorsque les premiers invités arrivaient. Kristin Cazarez la banquière et Thaegra Piochepiere l’aubergiste discutaient cordialement tandis que les orphelins les saluaient chaleureusement. Boulangers, marchands généralistes, prêtres… cela semblait difficile à croire qu’il y ait autant de professions en ville !
    « Vraiment, c’est un honneur que vous me faites de m’accompagner Maitre de Guerre ! » s’exclamait un grand guerrier entièrement équipé d’une armure en fer.
    « Oh vous savez, Wu Shen, la garde d’Hurlevent manque cruellement d’hommes et les orphelins font les meilleurs soldats parait-il. » répondit un autre homme à l’armure élaborée, probablement un grand soldat pensa Eilayn.

   Les visites s’enchainaient et chaque artisan semblait trouver son bonheur. Ils riaient et mangeaient allègrement. « Alors comment vont les affaires ? » demanda Jennea Canor, celle qui s’est présentée en tant que « mage ».
   « Oh très bien, très bien et vous ? Toujours autant de dynamisme à la tour des mages ? » répondit Thurman Mullby, épicier. «  Il parait qu’en ce moment, vous cherchez des recrues ! »
   « Oui effectivement ! Mais je vois ici quelques éléments qui méritent toute mon attention ! » déclara la magicienne avec enthousiasme. « Je m’en vais m’entretenir avec eux d’ailleurs, si vous voulez bien m’excuser. »
   « Faites donc je vous en prie » assura l’épicier tandis que Jennea Canor semblait se diriger auprès d’Eilayn.
   Barthikorn, lui, s’ennuyait ferme. Il avait beau répondre aux questions des différents invités, aucun ne semblait réellement intéressé par sa personne. Il enviait sa sœur, qui attirait toutes les attentions du Frère Benjamin et de la magicienne et qui vantaient chacun les mérites de leurs ordres respectifs. C’était même étrange de se dire, au vu de cet intérêt qui lui était porté, qu’Eilayn ne dormirait certainement pas à l’orphelinat ce soir. Vraiment étrange même… il pensait à sa présence réconfortante… Rien qu’imaginer l’idée qu’elle parte lui nouait l’estomac… à qui se confierait-il ?

    C’est un bruit de chaise renversée qui le tira de ses pensées somme toutes maussades. Tom était au sol tandis que tous les regards se tournaient sur lui. Le surplombant, Stewe riait aux éclats.
    « T’avais qu’à t’excuser minable ! On ne parle pas comme ça à un futur soldat après tout ! » déclara fièrement le jeune homme blond.
    « Et m’excuser de quoi ? » Tom se releva difficilement avant de poursuivre,  « Je ne t’ai rien fait moi ! »
    « Comment ça rien ? Il faut baisser les yeux quand on parle aux forces de l’ordre mon cher ami. C’est le minimum des choses ! »
    Mais quel imbécile décidemment… « Comment a-t-il pu être recruté par les soldats de la garde d’Hurlevent » se demandait Barthikorn, assis dans un coin de la salle… « Probablement qu’il était suffisamment stupide pour être mené en bateau bêtement et envoyé sur les pires fronts… ça ne peut être que ça ». Le jeune Stewe repris :
    « Alors… j’attends tes excuses ! ». Les visages des artisans montraient sans peine leur étonnement face à la situation. « Allez dépêche-toi ! » commanda-t-il sous le regard approbateur du capitaine de la garde.

    Eilayn ne comprenait pas… pourquoi personne n’intervenait ? Même Shellene regardait la scène, les yeux voilés par les larmes mais n’osant pas bouger.
    « Je comprends ton interrogation jeune fille » déclara Jennea Canor « mais l’homme qui l’a recruté n’est pas n’importe qui… Il s’agit du capitaine de la garde royale Samuelson… un homme cruel mais efficace. Il n’est pas bien apprécié parmi les soldats d’Hurlevent mais sa position empêche quelconque intervention. » Elle soupira… « Moi-même en tant que mage risque une radiation de mon ordre en cas d’interposition… nous ne pouvons qu’assister impuissants à la scène ». Eilayn n’en revenait pas, c’était donc « ça » le monde des grands, des gens qui dirigent la ville… Elle était écœurée. La magicienne semblait comprendre ses sentiments en reprenant, « Ce système est probablement l’un des plus injustes qui soient, mais ce genre d’homme est nécessaire en tant de guerre, et ceci, nôtre Roi l’a bien compris. »
    Eilayn acquiesça à contrecœur. Elle chercha du regard son frère. Celui-ci toisait également du regard la scène. Que pensait-il de tout ça ? Tom était son seul ami dans l’orphelinat pourtant.
    « Assez ! » l’entendit-elle crier avec étonnement.

    Barthikorn n’en pouvait plus de cette scène. Il n’en pouvait plus de cette passivité même s’il se doutait que quelque chose ou quelqu’un empêchait toutes ces personnes d’intervenir. Lui s’en moquait, son ami était en difficulté face à un type imbu de lui-même qui profitait de sa position de force. « Assez ! » cria-t-il. L’assemblée se tourna comme d’un seul homme vers l’origine de ce cri de contestation, lui.
    Il se leva et se dirigea lentement, sous les yeux écarquillés des membres en présence, vers son ami et se place entre lui et Stewe. Celui-ci bouillait de colère.
    « Toi ?! Qu’est-ce que tu veux ? Tu sais à qui tu t’adresses quand même ? Un soldat d’Hurlevent mon petit…. Alors excuse-toi rapidement en baissant les yeux et je te laisserai peut-être partir ! » aboya-t-il.
    « Non »
    « Pardon ?! » Ses paupières tressautaient sous le coup de la colère…. « Tu veux te retrouver par terre toi aussi ?! »
    « Pourquoi pas après tout…. » lui répondit-il calmement avant de désigner le râtelier de bâtons de bois que les enfants se servaient pour jouer à l’épée. « Tu es soldat maintenant non ? Tu ne peux donc pas refuser une courte passe d’armes ? » Il sourit lorsqu’il vit celui du recruteur s’effacer de son visage. De son côté, Stewe bouillait d’impatience d’en découdre. « Après tout, si tu es soldat, tu devrais vite en terminer avec moi non ? »
    «Très certainement ! »
    Barthikorn se dirigea donc vers le râtelier et empoigna deux bâtons avant d’en jeter un aux pieds de son adversaire. A vrai dire, lui non plus ne savait pas se battre mais il espérait que le peu d’expérience qu’il a acquis à Gilnéas l’aiderait à se débarrasser de cet idiot complètement sénile. La passe d’armes commença et ses soupçons se confirmaient. Son adversaire était mauvais… frappant sans réfléchir et fonçant dans chaque ouverture qu’il laissait ouvertement pour mieux le frapper ensuite.

    Wu Shen et le Maître de Guerre Derlos regardaient la scène avec attention. Ce dernier chuchota :
    « Ce gosse… il a quelque chose pour lui qui change de tous les soldats que j’ai pu voir jusqu’à présent… ». Wu Shen hocha la tête et continua.
    « Oui, je confirme, c’est comme si protéger son ami lui importait plus que tout le reste, peu importe la sanction qui suivra. Une qualité rare. » Il concentra son regard sur les gestes de Barthikorn. « Et il est loin d’être mauvais… regardez Maitre comme il se bat ! »
    « Oui je vois… la technique n’est pas là mais sa stratégie est bonne. Il a de suite compris les agissements et pratiques de son adversaire pour les retourner contre lui. » Il réfléchit avant de reprendre. « Oui, ce gamin a un bel avenir d’épéiste devant lui s’il veut affiner ce talent. » Wu Shen acquiesça avant d’ajouter.
    « Nous avons vu ce que nous voulions voir…. Et si nous mettions fin à cette mascarade Maitre de Guerre ? » demanda Wu Shen.
    Le Maitre de Guerre Derlos s’avança et donna un coup sec sur la tête de Stewe, s’effondrant aussitôt. Le recruteur de ce dernier s’exclama de suite :
    « Hey vous là ! Vous n’avez pas peur à ce que je vois… frapper ainsi un futur membre des forces. Je suis le Capitaine Samuelson mon petit, et je pense qu’un petit séjour en prison vous fera le plus grand bien ! » Derlos se retourna et éleva le ton.
    « Vous me reconnaissez donc pas Samuelson ? Je vous rappelle être votre supérieur direct ! » Il se redressa de toute sa stature tandis que le visage de son interlocuteur devint livide « Et votre petit protégé sans aucun talent n’est pas encore soldat que je sache ! Nous ne livrons pas les insignes comme dans un moulin ici ! »
    « Oui… oui bien sûr Maitre de Guerre… Toutes… toutes mes excuses… »
    « Vos excuses ne vous aideront pas quand Sa Majesté apprendra de vos agissements. J’avais eu ouï dire de vos pratiques douteuses… mais sachez que je ne vous raterai pas ! » vociféra le Maitre de Guerre. « Maintenant du balai, vous et votre minable apprenti ! ».
    « O… Oui... Oui… Maitre de Guerre » Samuelson s’exécuta sans prier et embarqua Stewe. Derlos, quant à lui se tourna vers Barthikorn, qui baissa la tête instinctivement. Après tout cet homme connaissait le Roi et il valait mieux ne pas s’en faire un ennemi.
    « Jeune homme, votre courage et votre bravoure vous honorent et nous avons besoin d’hommes tels que vous pour défendre l’Alliance dans le monde. Mon ami Wu Shen, maître des guerriers de la ville, vous offre son entraînement, et ce sous ma bénédiction. Qu’en dites-vous ? » Barthikorn ne savait quoi répondre… une telle offre comme ça… Etre entraîné par le maître des guerriers n’était pas un mince privilège. Que faire ? Accepter ? Refuser ? Il chercha du regard Eilayn et vit en elle la réponse qu’il s’entendit donner. Il devait la protéger et c’est en s’entraînant qu’il le pourrait.
    « J’accepte avec grand plaisir cet honneur Monsieur »
Revenir en haut Aller en bas
Colibry



avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Charente (16)

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Dim 11 Jan 2015 - 12:15

Très chouette !
Vivement la suite ^^
Revenir en haut Aller en bas
Uisces



avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 53
Localisation : France

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Dim 11 Jan 2015 - 20:58

Rhooo superbe, avec de la couleur cela serai peut-être plus agréable à lire vu la longueur et un petit plus avec une aération du texte.

Barthikorn a écrit:
mais j'a écrit
tu nous joues les Gungans ?

Revenir en haut Aller en bas
Barthikorn



avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/05/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Dim 11 Jan 2015 - 21:11

xD non je jouais la faute d'orthographe voilà tout ^^ (toujours ce i qu me pose problème ^^'). Et promis je vais rendre ça plus agréable pour la suite !


Revenir en haut Aller en bas
Colibry



avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Charente (16)

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Dim 11 Jan 2015 - 22:03

Perso j'ai lu sans problèmes ^^
xp
Revenir en haut Aller en bas
Elunadore



avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 15/01/2015

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Jeu 15 Jan 2015 - 10:23

Et la suite, elle vient à pied ? :p
Revenir en haut Aller en bas
Barthikorn



avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/05/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Jeu 15 Jan 2015 - 21:05

La suite elle arrive ce soir ou demain ^^


Revenir en haut Aller en bas
Barthikorn



avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/05/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Ven 16 Jan 2015 - 1:13

« Les jeux sont faits, petit merdeux »

     La lourde claymore d’obsidium s’élevait dans les airs, prête à octroyer une nouvelle fois la peine capitale. Son ennemi savourait l’instant, ricanant comme il en pouvait derrière son casque d’élémentium durci. L’écrasant de tout son poids, il empêchait tout mouvement des jambes tandis que ses bras tailladés de toutes parts lui causaient d’effroyables souffrances. Ce type ne l’avait clairement pas raté en même temps… La lame enfoncé dans le sable 50 mètres plus loin, il ne pouvait l’atteindre… Le plastron déformé et enfoncé dans ses côtes, il pouvait à peine respirer… Le heaume brisé et le sang glissant le long de sa tempe, il y voyait à peine, le sang lui voilant le regard…. C’était tout juste s’il était encore conscient à vrai dire… Inutile de chercher bien loin, il avait perdu.

     « Les amis, Eilayn, maître…. Je suis désolé » pensa-t-il sur le coup.
     Les espoirs de Wu Shen, le regard inquisiteur de sa sœur… il avait brisé toutes les attentes qui reposaient sur ses épaules. Il revoyait encore le grand guerrier lui affirmer qu’il pourrait devenir l’un de ses meilleurs élèves s’il contenait son excitation…. Il  se rappelait de la promesse tenue à sa sœur, tenue à son entrée dans les ordres arcaniques du Kirin Tor,  « Je serai ton bras armé » s’évertuait-il à lui répéter. Tous ces accords, toutes ces affirmations, qu’il avait pu tenir depuis son entraînement en tant que guerrier volaient aujourd’hui en éclats.

     Il avait honte de lui en ce moment précis. Sa précipitation pour enfin prouver sa valeur, pour enfin crier au reste du monde qu’il était capable de devenir « quelqu’un » l’avait poussé à briser sa plus fondamentale des promesses… « Protéger ». Aujourd’hui, par son échec, le monde saurait qu’il a perdu en si peu de temps… Qui voudrait de sa protection ? Il n’arrivait même pas à se protéger lui-même face à cet ennemi et de lui-même, voulant toujours aller plus loin trop rapidement. Aujourd’hui, c’était la fin pour Barthikorn, guerrier humain impulsif et impétueux… Ses récents succès en tant qu’apprenti ne sauront le sauver face à l’expérience du combat du Connétable, se dressant fièrement au-dessus de lui. Il pouvait facilement imaginer son rictus de victoire tandis qu’il amorçait le mouvement fatal.

     Désormais, la lame s’abaissait et, avec elle, l’histoire d’un guerrier naïf étalant ostensiblement son incompétence sur le sable ensanglanté. Les jeux étaient faits.


Dernière édition par Barthikorn le Mer 18 Fév 2015 - 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elunadore



avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 15/01/2015

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Ven 16 Jan 2015 - 14:33

C'est donc la fin ? ='(
Revenir en haut Aller en bas
Colibry



avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Charente (16)

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Ven 16 Jan 2015 - 18:07

Mais noooonnn !!!! Barthikorn ne peut pas mourir ! C'est pas du juste ça...
Revenir en haut Aller en bas
Barthikorn



avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/05/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Ven 16 Jan 2015 - 18:36

C'est face à son destin macabre qu'il eut une pensée... ou plutôt un souvenir. Une simple parole, de l'être auquel il tenait tant...

"Affirme toi. Assume toi dans ta totalité. Et ce jour là, tu pourras songer à tenir tes promesses. Ce jour là, je serai la."


Revenir en haut Aller en bas
Colibry



avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Charente (16)

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Ven 16 Jan 2015 - 20:15

Que c'est beau !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Barthikorn



avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/05/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Sam 17 Jan 2015 - 21:59

Hurlevent, 2 ans plus tôt


       « Parfait Barthi, continue ! Harcèle-le ! » hurla Wu Shen, les bras croisés, au bord de l’arène ensablée. « Oui comme ça ! ».
       Le combat opposait Barthikorn, figure montante des élèves de Wu Shen, et un soldat de la garde royale. Ceux-ci s’étaient en réalité présentés d’eux-mêmes au camp depuis que le Maître de Guerre Derlos avait assuré qu’à peine un dixième d’entre eux pourrait se mesurer à ce prodige. Par orgueil ou soif de combat, tous avait réservé un combat contre ce jeune homme atypique, capable de se mesurer à trois gardes royaux avec une épée courte et un simple écu de fer. L’entraînement d’aujourd’hui n’avait toutefois rien de semblable avec les autres… Il s’agissait d’affronter en face à face le capitaine de l’escadron Herbert Jugues.
       Esquive, parade, contre, Heurt de Bouclier… Rien de bien difficile pour Barthikorn. Son ennemi maîtrisait les bases du combat à la hache mais ses pas étaient bien trop imprécis, bien trop confus, comme s’il souhaitait changer d’orientation à chaque coup pour mieux le surprendre. C’était tout du moins ce qu’il essayait de faire mais il pensait en amont. Il savait où l’ennemi aller frapper, où il tentait de l’amener… la contre-offensive n’en était que plus simple. Dévaster, Heurt, Vengeance…. Il repoussait sans peine toutes les attaques qui lui étaient portées. Ce combat était clairement en sa faveur.
       Son adversaire était essoufflé. Il l’observait et tenta, dans un dernier sursaut de rage, une charge. Barthikorn sourit… le combat était terminé. Il plaça son bouclier devant lui, légèrement plus avancé sur le pan gauche et attendit la charge fatidique du capitaine. Les soldats admirant la scène retenaient leur souffle… Tous avaient perdu leur verve du début de combat après avoir constaté que leur capitaine, un homme quadragénaire ayant réalisé ses classes d’armes lors de la Troisième Guerre, se faisait tranquillement surclasser. Herbert Jugues se rapprocha, l’arme levée en arrière. Contact. Barthikorn dévia la lame sans efforts vers la droite, il déstabilisa son opposant en repoussant de toutes ses forces le bouclier vers le haut, entraînant avec lui la lourde hache de guerre. Enfin, il employa ses dernières ressources dans un désarmement qu’il effectua avec succès. La hache au sol, il tournoya pour donner une dernière frappe à son ennemi, arrêtant son épée à quelques millimètres du cou dénudé du capitaine. La foule se tût… avant de murmurer d’excitation quant au dénouement du combat. Les soldats de la garde lui jetaient des regards mêlés d’admiration et de crainte. Derrière l’assemblée, le Maître de Guerre Derlos souriait de satisfaction.
 

       C’est le rire tonitruant de Wu Shen qui tira l’ensemble des protagonistes hors de leurs pensées. « Mouhaha ! Je vous avais bien dit qu’il ferait qu’une bouchée de vos gars ! » s’exclama-t-il en s’approchant de son jeune protégé avant de lui taper dans le dos. « Amenez donc de vrais guerriers la prochaine fois, j’ai peur qu’il vous ridiculise un peu plus ! » Barthikorn, de son côté décida de retourner se reposer et se dirigea sereinement vers le bâtiment où se trouvait les couches de tous les apprentis de Wu Shen. « Allez les gars, revenez demain, notre champion en a fini pour aujourd’hui ! » adressa ce dernier à l’ensemble des duellistes en présence.
       Tandis que les différents soldats se pressaient sur le chemin de leur caserne, Wu Shen alla s’asseoir sous le perron, demandant à l’un de ses élèves d’amener de quoi se désaltérer. Le Maître de Guerre Derlos le rejoignit.
       « Y’a pas à dire Wu, j’ai vu chacun de tes élèves, et tous sont absolument excellents ! » complimenta le grand guerrier.
      « Je dois avouer que je suis parfois moi-même surpris du niveau qu’ils ont atteint. Une sacrée équipe ! Ah merci Kurt ! » Il accompagna ses remerciements d’une pièce d’or envers son jeune apprenti. « Au fait, tu diras aux autres que vous avez été excellents aujourd’hui ! Vous avez même tapé dans l’œil du Maître de Guerre ! ». Le jeune homme rougit sous les éloges et répondit poliment.
      « Nous voulions vous faire honneur Maître Shen, mais nous vous remercions de vos louanges… j’en ferai part aux autres. » Il s’éclipsa alors rapidement avec le plateau lui ayant servi à apporter les rafraichissements.
      « Ahahah ! Celui-là alors !» repris Wu Shen en riant. « Même un noble paraitrait grossier à ses côtés ! » Il se calma avant de reprendre, plus sérieusement. « Bon, nous voilà entre nous. Fini les formalités. Qu’est ce qui t’amènes Derlos ? ».
      « Toujours droit au but, cette qualité te va à merveille Wu » répondit-il en prenant d’une main la collation qui trônait sur la table. « Je vais tenter d’être tout aussi franc. As-tu entendu parler de l’agitation à la Cour ces derniers temps ? »
      « Des gars qui disparaissent c’est ça ? Sale affaire à ce qu’on dit. »
      « Cela même oui. Voilà une semaine, les gars de chez Shaw ont trouvé une piste qui dévoilerait l’une des plus grosses entreprises de corruption de la garde royale. Selon les estimations, près du tiers des gardes seraient à la solde d’un nouvel ennemi inconnu et…»
      « Un tiers ?! » Le visage de Wu Shen trahissait son incrédulité face à l’énormité du chiffre.
      « Oui en effet » Derlos secoua la tête. « En bref tout le monde est sur la sellette. Il doit y avoir trois espions qui me surveillent en ce moment et j’en ai vu deux qui rodaient autour de ton camp. Les gars du SI:7 sont sur les nerfs, les soldats de la garde également… Evidemment tout le monde craint pour la vie du Roi… »
      « Cela me parait compréhensible oui…. »
      « Shaw est venu me voir il y a deux jours pour m’informer qu’il avait une piste » Il regarda brièvement autour de lui, inquiété par une quelconque oreille curieuse. Il s’approcha et chuchota « Selon ses dires, les évènements actuels et l’agitation aux marches de l’Ouest ne sont pas sans liens »
      « Hmmmm… » Les marches de l’Ouest, ancien bassin agricole d’Hurlevent, ravagé depuis la retour des expéditions du Norfendre par la famine et la sécheresse. Les rapports qui revenaient du coin parlaient de tensions, d’assassinats et de climat de révolte. « Et qu’en penses-tu ? »
      « Et bien je pense que toutes les têtes de l’hydre n’ont pas été coupées il y a 10 ans. »
      Les Défias, voilà donc à quoi pensaient Derlos et Shaw… Pourtant, le cadavre d’Edwin VanCleef avait été ramené à Hurlevent et identifié comme tel par les services secrets. Etrange… Cette idée était bien trop saugrenue pour être ignorée. Après tout, les Défias avaient réussi, avec l’aide d’Onyxia, connue à l’époque sous le patronyme de Dame Katrana Prestor, à orchestrer l’enlèvement de Sa Majesté le Roi Varian Wrynn… Ils étaient une menace bien trop importante pour être écartée.
      « Je vois… et pourquoi m’en parler ? »
      « Je ne peux faire confiance à personne à la Cour, et encore moins dans la Garde, voire mon bataillon… » Il soupira avant de relever les yeux. « Mais toi je te connais Wu, et tous tes apprentis ont fini au moins capitaine après être sortis de ton camp… »
      « Tu veux donc les envoyer là-bas… Tu veux avoir leur mort sur ta conscience ? » Les jeunes gamins étaient peut-être doués…mais ils n’avaient jamais tué… et les envoyer en guerre civile n’était pas le meilleur endroit pour affiner leur talent.
      « Je sais que je t’en demande beaucoup Wu… En temps normal j’aurais envoyé mes gars… mais là le risque est bien trop grand… »
      Wu Shen souffla… Il savait que Derlos avait raison... Mais bordel ! Combien allaient mourir là-bas ? La sécurité du royaume avant tout disait-on… Quel beau royaume …. ! Capable d’envoyer des gosses au front ! Il savait toutefois qu’il n’avait pas le choix... si ce n’était pas Derlos, les récents éclats de ses apprentis attireraient l’attention de la Garde Royale qui, elle, aurait bien moins de scrupules à les mettre dans les pires situations. « Lesquels veux-tu ? »
      « J’en veux deux… et seulement les meilleurs. » répondit-il directement. Il avait donc déjà prévu le coup.
      « Je vois… donc le prodige et ? »
      Derlos sourit. « Je veux d’abord Ugh. Cette gamine avec deux armes en mains est capable d’infliger de lourdes pertes aux ennemis. Et puis dans un an elle aura fini son apprentissage… Disons qu’on va parler d’accès anticipé à la professionnalisation pour elle» Il soupesa son regard pour la demande suivante. « Tu t’en doutes mais je veux ton prodige… C’est bien simple c’est un monstre ! Tu lui donnes un bouclier et une arme et il te met à terre n’importe quel adversaire. Je pensais avoir dégoté un bon plan ce jour-là à l’orphelinat mais je ne m’attendais clairement pas à un niveau pareil. Il saura protéger ses alliés. »
      La voilà donc sa demande… Wu Shen s’en doutait à vrai dire… Ugh Jenne était présente dans son camp depuis 4 ans et s’était forgée une solide réputation de duelliste. Les rumeurs disaient d’elle qu’elle n’avait jamais perdu un combat… C’était vrai jusqu’à il y a un an lorsqu’elle fut contrainte d’abaisser son arme contre son deuxième élément dont elle ne pouvait plus se séparer depuis… Barthikorn. Effectivement c’était un monstre… En un an d’apprentissage, il maitrisait déjà toutes les techniques associées à son style de combat. Il est venu à bout de tous ses adversaires, et ce sans peine… Lui-même avait dû penser à combattre sérieusement quand il l’a entraîné… Chose suffisamment rare pour être remarquée. A ce rythme, il le remplacerait probablement en tant que maître des guerriers…
       « Va pour la première… Mais le second n’est pas prêt… Il a encore ce vieux défaut d’être impatient. J’ai peur qu’il ne soit désemparé face aux véritables ennemis qu’il devra affronter »
       « Je sais, cela se voit dans sa manière de combattre… il veut en finir au plus vite. Toutefois, vu son niveau, je ne pense pas qu’il rencontrera de grandes difficultés là-bas… »
       « Certes… »  Il soupira… « Bien tu les auras. Pour quand les veux-tu ? Et ne me dis pas que tu comptes les envoyer seuls, auquel cas je retire de suite mon accord. »
       Le regard de Derlos s’illumina. « Ne pense pas que ton protégé soit le seul talent que j’ai déniché ces derniers temps ».
 

***
 

       Le soleil pointait doucement à l’horizon lorsque Barthikorn se réveilla. Les lointains sons qui lui parvenaient témoignaient que les autres avaient déjà commencé leur entraînement quotidien. Le maître Shen allait encore le rosser pour avoir été si tardif au lit ! Il se leva précipitamment et prit la première tenue qu’il trouva dans son armoire avant de sortir de sa chambre.
      « Ah bah tiens c’est pas trop tôt ! » Ugh l’attendait, en simple tunique, adossée au mur. « Wu m’a fait demander de te dire qu’aujourd’hui on ne serait pas entraînés. »
      «Ah ? » Etrange. Ce n’était pas le genre du maître de laisser la vie douce à ses élèves. « Et il t’a dit pourquoi ? »
      «Tu le connais autant que moi maintenant. Il a encore parlé par énigme… mais d’après ce que j’ai compris, une sacrée épreuve nous attend cette après-midi. » Elle frémissait d’excitation à l’idée de devoir faire face à un nouveau défi. « Quoi qu’il en soit, ma claymore et moi n’allons pas nous laisser faire ! »
      Barthikorn sourit. Ugh était Ugh, quels que soient les événements, une nouvelle confrontation suffisait à la transporter de joie. « Donc quartiers libres ce matin ? » demanda-t-il ?
      « T’as tout compris… par contre le maître insiste pour qu’on passe les prochains jours ensemble. J’ai pas tout compris mais il y aurait une histoire de « se connaître mutuellement » et tout ce genre de charabia. » Le regard tendancieux qu’elle lui jeta lui fit froid dans le dos. « Remarque, je pourrais enfin découvrir ton point faible comme ça ! »
      « Heuuuu… oui voilà… bonne idée » Cette fille le mettait vraiment mal à l’aise. « Bon bah je vais manger quelque chose… J’en déduis que tu vas m’accompagner ? »
      « Bien sûr ! Je n’ai rien avalé depuis hier soir non plus ! Je suis affamée ! » répondit-elle gaiement.
      Après avoir dégoté de quoi se sustenter, les deux comparses décidèrent d’échanger quelques passes d’armes dans la cour. Ugh, à son habitude, se donnait à fond face au jeune guerrier qui dût réellement se focaliser sur son ennemi pour y venir à bout. Les autres élèves regardaient la scène du coin de l’œil. C’était pas tous les jours qu’on pouvait observer les deux meilleurs éléments du camp s’affronter ! La victoire assurée, Barthikorn partit se désaltérer avant de décider d’aller en ville, flanqué de la duelliste.
 

      « Bon je dois juste passer à l’orphelinat » déclara Barthikorn sur le chemin. Il aurait bien fait un détour par la tour des mages, mais si Eilayn le voyait avec Ugh, il subirait ses insinuations pour le restant de ses jours… « Tu voudras aller quelque part ? » La question sembla surprendre la jeune guerrière.
      « Bah… pas vraiment… » Elle réfléchit un instant puis d’une voix assurée reprit. « En fait il y aurait bien le marchand d’armes du quartier nain qui m’intéresserait ! J’ai accumulé suffisamment d’économies pour pouvoir m’offrir l’épée large en thorium ! »
      « Pas de soucis, mais il faudra faire vite par contre. On a juste une heure devant nous. »
      La commission à l’orphelinat fût rapidement réalisée. Shellenne salua chaleureusement les deux guerriers, commit l’erreur de comparer Ugh à la nouvelle petite amie de Barthikorn, puis remercia sincèrement ce dernier de lui avoir apporté les nouvelles ressources financières qu’il avait mises de côté. Sur le chemin en direction de l’échoppe du vendeur, Barthikorn grommelait tandis qu’Ugh riait des méprises quant à leur situation.
     « Ohhh allez, avoue que c’est drôle ! » s’exclamait-elle en riant.
     « Mouais, j’ai vu mieux comme comique de situation… » Bon sang, les rumeurs se propageaient comme la Peste dans cette ville et voilà qu’il se retrouvait avec cette fille qui ne cherchaient même pas à les démentir. Ca allait jaser les prochains jours. « Tiens voilà ton magasin ! Achète ce que tu veux et on pourra y aller. »
     « Ouiii, je reviens tout de suite ! Bouge pas hein ?! » cria-t-elle en courant vers l’échoppe. Bon sang, lui qui croyait qu’elle était maussade et morose hors combat… Il était bien étonné de ce genre de réaction qui rendait cette fille assez empathique finalement. La volonté du Maître Shen n’était pas si mauvaise en réalité.
     L’arme en mains et le sourire aux lèvres, Ugh Jenne sortait triomphalement du bâtiment. Il était temps de rentrer. Sur le chemin, ils discutèrent tranquillement de tout et de rien. Elle raconta son enfance à Comté-du-Lac tandis qu’il lui apprit comment se déroulait le quotidien à l’orphelinat. Ils s’achetèrent une confiserie sur l’un des étalages de la vieille ville et s’assirent pour le déguster. C’est de là qu’ils ont refait le monde, à leur façon, en cherchant à apposer leur solution sur Aile-de-Mort, sur le conflit avec la Horde, sur l’intégration difficile des Worgens en ville. Au final, les deux guerriers s’entendaient plutôt bien, partageant des points de vue similaires sur la plupart des questions contemporaines… s’écoutant et se respectant mutuellement.
 

     « Dis Barthi… » finit-elle par demander
     « Oui ? »
     « Tu crois qu’on pourra être ensemble plus tard ? » Le pouls de Barthikorn s’accéléra et ses yeux s’écarquillèrent… « Non, non, non pas comme ça ! » se rattrapa-t-elle précipitamment avant de reprendre, gênée. « Je veux dire, dans le même bataillon … »
     « Oh ça… » Sa respiration se calma. « Ca peut se faire oui. Vu notre niveau, n’importe quel capitaine serait ravi de nous intégrer. » A vrai dire, il n’avait jamais vraiment pensé à l’après-entraînement. Il ne savait pas trop où aller, même s’il se doutait bien que de nombreuses portes lui étaient ouvertes. « Tu comptes intégrer quel régiment ? »
     « La Septième Légion… » répondit-elle songeuse. « Cela va être dur, mais Wu Shen me dit que c’est possible on conservant une discipline de fer »
     « Tu as toutes tes chances je pense ! Ne t’inquiète pas » se surprit-il à lui répondre. Elle sourit, se rendant elle aussi compte qu’il y a à peine deux heures, il aurait simplement ignoré cette demande.
     «En tout cas, dépêche-toi de finir ton entraînement ! » reprit elle. « Et ce jour-là, demande à intégrer la Septième Légion. Car ce jour-là, je serai là pour t’y accueillir ! »
     « J’y songerai. » lui promit-il.
Les deux guerriers se regardèrent et sourirent. Cette matinée avec Ugh n’aura pas été mauvaise finalement. Ils devaient toutefois rentrer et se levèrent pour se rendre sereinement vers le camp.
***
 

      C’est une fois au camp qu’ils comprirent qu’ils avaient été un peu plus longs que prévus.
      « Ah ! Vous voilà vous deux ! » s’exclama Wu Shen du bord de l’arène. A ses côtés se tenaient le Maître de Guerre Derlos et trois individus équipés seulement de leurs armes. « Approchez donc, je vais vous présenter à ces nouveaux venus ! Vous connaissez déjà mon ami Derlos je présume ? » Celui-ci prit la parole.
      «Wu, bien sûr qu’ils me connaissent… dois-je te rappeler que c’est moi qui te les aie amenés ? »
      « Ahah oui, bien sûr, bien sûr ! » répondit le guerrier en riant « Bon les jeunes, je vous présente Ugh, dont les capacités à la claymore sont exceptionnelles, et Barthikorn, un futur Connétable en puissance ! » Il examina les trois recrues qui accompagnaient le Maître de Guerre avant de reprendre plus sérieusement. « Je vois que tu ne m’avais pas menti Derlos »
      « Ne t’inquiète pas pour ça, Wu… Ils sont vraiment bons ! » coupa le grand guerrier avant de se tourner vers ses trois protégés. « Allez, les jeunes, présentez-vous ! ». Ceux-ci posèrent de suite leurs mains sur le cœur avant de répondre à l’unisson « A vos ordres Maître de Guerre ! »
      Un jeune garçon empli d’assurance se présenta en premier lieu. « Je suis Heyl, prêtre de l’ordre de la Lumière !  Je vous assisterai du mieux que je le pourrais dans les futurs combats ! »
      Un autre jeune homme, de l’âge d’Ugh, s’approcha. « Mon nom… heu… mon nom est Grel. J’ai été formé par les adeptes de la Chasse. Tiryl et moi vous assurerons heu…. La couverture dans nos futurs affrontements… »
      Enfin, la dernière, une jeune femme aux âges similaires à ceux de Barthikorn, s’avança. « Moi, c’est Salrin ! »
      Suite à ces brèves présentations, le Maître de Guerre dévoila ses projets à Wu Shen qui acquiesça. Les deux revinrent et présentèrent leurs objectifs
      « Bien, vous tous allez devoir collaborer les prochaines semaines pour mener à son terme une mission capitale pour la Cour. Réussissez et vos noms seront murmurés d’un bout à l’autre de la ville en guise d’admiration. » Une mission, rien de moins… Barthikorn savait qu’il n’avait pourtant pas fini son entraînement. Et vu ce que dégageaient le prêtre et le chasseur, le groupe ainsi formé avait tout l’air d’une composition d’élite pour mener de front des objectifs dangereux… Il préféra s’abstenir et écouter la suite. Wu Shen continua.
      « Vous avez deux jours pour faire plus amples connaissances ! Nous hébergerons évidemment Heyl, Grel et Tiryl ainsi que Salrin. »
 

***


      « Tu caches de sacrés atouts dans ta manche tout de même Derlos ! » affirma Wu Shen en se retournant vers son collègue. « Ils ne vont faire qu’une bouchée de leurs ennemis là-bas ». La journée avait été riche pour le maître guerrier. Les jeunes avaient à tout prix voulu se mesurer les uns aux autres et tous bénéficiaient d’un niveau d’excellence hors normes. Salrin, au terme d’un combat éprouvant, avait même réussi à tenir tête à Barthikorn.
     « Oui effectivement… » répondit-il songeur. « Avec cette génération, la relève est assurée ! » Il se tourna vers son ami avant de continuer. « Je pense que tu t’en doutais, mais je comptais à terme les intégrer tous les cinq dans mon bataillon »
      « Oui je m’en doutais… Que veux-tu je te connais à force ! »
   « Haha tu as raison… » Il réfléchissait… « Ces jeunes… Ils seront une force déterminante pour l’Alliance dans le futur… j’en mettrai ma main à couper ! »
     « Je ne peux qu’être d’accord avec ça Derlos… » Il ordonna alors à Kurt de ramener de quoi boire. « Tu resteras bien un moment avec un vieil ami ? »
      « Bien volontiers ! » répondit-il en s’asseyant à la table sous le perron.
Ils discutèrent alors de l’avenir d’Hurlevent, des nouvelles du Mont Hyjal, de leurs familles… Ils en parlaient comme des amis réunis un soir d’été autour d’un verre, comme des compagnons au retour d’une expédition éprouvante, comme des frères en somme….
 

      « Bien, le soleil se couche…. Il est temps pour moi de retourner au Donjon mon ami » s’exclama Derlos en se levant. « Prends soin de mes protégés comme des tiens Wu ! »
       « Ils seront bien ici je peux t’en assurer ! » assura ce dernier. Il tendit la main pour serrer celle de son ami.  « Allez, à la prochaine vieux brigand ! ». Derlos s’esclaffa.
       « A la prochaine, vieux croulant ! »
 

       La nuit était tombée depuis peu et les rues n’étaient pas fréquentées en cette heure tardive. Darlos savait qu’il en avait pour une petite heure de marche pour retourner dans ses quartiers. Il connaissait toutefois un petit raccourci qui lui permettrait de rabaisser la durée du voyage d’un quart d’heure. Il s’engouffra donc dans l’une des ruelles de la vieille ville.
      Il marchait depuis quelques minutes lorsqu’il entendit un bruit derrière lui. Aussi vif que l’éclair, il sortit sa lame pour contrer celle qui lui était destinée… Une imposante épée à deux mains. Son adversaire, dans un ricanement, déclara :
       « Je n’en attendais pas moins d’un Maître de Guerre… »
      « Qui êtes-vous ? » aboya Derlos. Ce type n’avait apparemment pas froid aux yeux… S’attaquer à un Maître de Guerre relevait du suicide.
    « Mon nom importe peu puisque vous ne pourrez le répéter… Toutefois j’ai un message à vous transmettre… Mon maître apprécie peu l’intérêt que vous témoignez pour les affaires de la Cour… » Il ricana avant de reprendre « Il aimerait savoir ce que vous savez actuellement… »
      « Et pourquoi vous révélerai-je mes informations ? »
     « Pour éviter la mort bien évidemment… » Son rictus témoignait de l’inexactitude de ces derniers propos.
     « Je ne suis pas assez stupide pour croire que vous allez gentiment vous en aller après vous avoir révéler ce que vous voulez entendre… »
      « Ce sera donc la mort. »

     Son opposant détacha d’un coup sec sa longue cape qui dissimulait son corps pour foncer sur lui. Derlos riposta d’un coup d’estoc médian. L’ennemi était vif et parvint de justesse à éviter la lame meurtrière qui lui était destiné. Il fallait enchaîner… Le Maître de Guerre affirma sa prise sur son épée et harcela de coups son adversaire. Rien ne l’atteignait… il repoussait toutes ses attaques et usait d’un style de combat peu orthodoxe lui permettant de frapper et de taillader dans le même temps les bras et les jambes… Bordel… Il se faisait surclasser par un inconnu ! Qui l’avait entraîné ? Qui était-il ? Quoi qu’il en soit, il se battait aussi bien qu’un Connétable.
     Derlos subissait les attaques de son opposant tandis qu’il était mené dans ce jeu macabre. Impossible de l’atteindre, mais se défendre uniquement était exclu… auquel cas il finirait épuisé par l’usure. Rien à faire… il devait l’entraîner vers la grande voie, plus fréquentée… mais il lui bloquait le passage. Il avait déjà paré à cette éventualité apparemment. Au final, le Maître de Guerre perdait peu à peu du terrain sous l’avalanche de coups de cet assassin… C’est lorsqu’il fut acculé contre le mur qu’il comprit… Il savait quel était son ennemi ! Il connaissait son chef ! Mais il était trop tard.
 

« Les jeux sont faits, Maître de Guerre ! »
Revenir en haut Aller en bas
Elunadore



avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 15/01/2015

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Dim 18 Jan 2015 - 14:40

Je te hais ... La suite ^^

Sinon, pour le groupe, si j'ai bien saisit : Barthi tank, le prêtre heal et les 3 autres DPS ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Barthikorn



avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/05/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Dim 18 Jan 2015 - 15:56

Mouhaha ravi que ça te plaise ! Et pour le groupe t'as tout compris !


Revenir en haut Aller en bas
Colibry



avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Charente (16)

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Dim 18 Jan 2015 - 16:40

Ah ben voilà, nous savons maintenant d'où viennent les aléa rapido ! ^^

3 RP en même temps, on va perdre notre Uiui ! XP
Revenir en haut Aller en bas
Uisces



avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 53
Localisation : France

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Dim 18 Jan 2015 - 19:53

Me perdre lol il m'en faut plus Colibry

Bon va falloir attendre la suite bien sur ^^

A ouais Z'olies groupe de Rapido effectivement ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Barthikorn



avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/05/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Mer 21 Jan 2015 - 4:27

Marches de l’Ouest, un mois plus tard

     
Une légère brise estivale soufflait et apportait avec elle chaleur et aridité. Les larges parcelles asséchées n’avaient pas rencontré le contact revitalisant de l’humidité depuis des semaines tandis que, dans le ciel uniforme, le soleil brulait inlassablement cette terre. Au loin, on pouvait deviner l’imposant cyclone qui dévastait sans cesse la ferme des Alexston… Les dégâts du Cataclysme  s’était répercutés dans le monde entier… y compris au sein de ces contrées maudites…
     Voilà deux semaines qu’ils étaient ici, en quête de réponses aux agitations ayant récemment secoué la ville suite à l’assassinat du Maître de Guerre Derlos. Selon les rumeurs et les dires de son maître, il se serait fait taillé en morceau en combat… le corps ayant été retrouvé l’arme au poing et tailladé de part en part… Mort d’autant plus incongrue que, pour s’être entraîné à de multiples reprises avec lui, Barthikorn pouvait témoigner de son habileté au maniement des armes. Habileté qui n’avait rien à envier aux plus grands maîtres de la ville… Wu Shen compris.
      C’était il y a un mois maintenant. Un long mois où toutes les forces de l’ordre ont été mobilisées pour retrouver le coupable. Un long mois où Wu Shen s’est enfermé dans son mutisme. Un long mois où Barthikorn, accompagné de ses compagnons d’armes, s’est entraîné inlassablement par désir de vengeance. Mais il était ici maintenant… prêt à mettre un terme à cette mascarade, lui et son groupe, et à frapper la face émergée de l’iceberg : les révoltés de Ruisselune. Il se souvenait encore de cette discussion avec le maître des espions….



     C’était un soir pluvieux… au loin les cloches annonçaient la fin de journée. Il courait pour se mettre à l’abri. Au détour d’un coin de rue, une silhouette dans l’ombre l’attendait.
     - « Bonsoir Barthikorn… »
     - « Qui êtes-vous ? » La lame et le bouclier en main, il se souvient s’être mis en posture défensive
     - « Je ne suis qu’un espion, jeune guerrier… » Sa voix grave, sa posture et son regard témoignait de sa détermination. Pour la première fois de sa vie de combattant, Barthikorn savait qu’il perdrait s’il devait combattre cet homme. « Et je ne vous veux aucun mal. Auquel cas vous seriez déjà mort… »
     - « Que voulez-vous dans ce cas ? »
     - L’individu eut un rictus avant de répondre dans un souffle. « La justice ». Il fit silence avant de reprendre. « Je connais votre force et vos exploits… moi-même devrait vous affronter sérieusement pour vous mettre à terre… » Il leva son regard… un regard sec, déterminé. « Et mes hommes m’ont tout appris de vous, de votre manière de penser, de votre manière de combattre…  Les informations octroient puissance et respect voyez-vous…. Mais sans la force des idéaux, elles sont inutiles…. » Que voulait-il dire ? Cet homme était-il seulement sain d’esprit ?
     - « Que voulez-vous ?» répéta Barthikorn, affirmant sa prise sur sa lame.
     - « Je connais votre empathie envers le Maître de Guerre… Je connais votre sens de la justice… Je connais vos origines… Je connais votre affection pour votre sœur… Je connais tout… » Il s’arrêta pour le jauger du regard. « Mais mes connaissances n’ont pas suffi pour faire justice… J’ai besoin de vous pour cela. »
     - « C’est-à-dire ? »
     - « Considérez moi comme les informations… et soyez mon idéal…. Incarnez l’archétype de l’Homme… Défendez vos valeurs, apportez la justice… traînez les coupables devant les tribunaux… » Son regard changea, et Barthikorn aurait pu affirmer y voir des reflets flamboyants. «  Devenez un Héros de l’Alliance et mettez au clair toute cette histoire… Votre heure est venue pour devenir un parangon de justice, Barthikorn… Ensemble nous pourrons mettre un terme au complot qui se profile… ». Ce dernier le coupa dans son élan.
     - « Vous savez parler et flatter les égos… Mais je ne vois toujours pas en quoi vous avez besoin de moi… Parlez franchement, étranger ! »
     - Il ricana… « De la part d’un Gilnéen, je ne saurais dire lequel d’entre nous est un étranger….  Les pistes mènent au sud… Vous et votre groupe…. Si vous souhaitez réellement apporter la lumière sur cet assassinat, alors partez… partez pour les Marches de l’Ouest… C’est là-bas que vous attend votre destin… » Il disparut dans l’ombre.



      Il ne sait pourquoi il lui a fait confiance… mais quoi qu’il en soit, ils étaient partis le soir même pour les terres agricoles. Les rumeurs concernant l’endroit s’avéraient toutes véridiques, si ce n’est édulcorées tant la situation était grave. Les murlocs, les gnolls, les ogres… le mécontentement… Les Marches de l’Ouest étaient en proie au désespoir. Au sein même de la Colline des Sentinelles, la bourgade du coin sous autorité royale, les boulangers et autres épiciers étaient pris d’assaut chaque jour par une foule toujours plus nombreuse de pauvres hères affamés.
      Lui et son groupe avaient tout vu ici… les assassinats, la corruption, les attaques de caravanes et autres champs délabrés… Ils ont dû eux-mêmes lutter contre une bande de pillards va-nu-pieds un soir… Toutefois, la ville n’était pas sûre et ils avaient préféré camper à l’extérieur tant elle était dangereuse. Cette décision qui leur avait semblé anodine leur a en réalité sauvé la vie lorsqu’ils découvrirent, désemparés, la chute de la Colline des Sentinelles le lendemain… brûlée par les Défias et les va-nu-pieds révoltés…
      Ils assistèrent impuissants au massacre des gardes royaux du coin, fiers et braves héros du Norfendre dont les corps étaient désormais étalés sur le sol, la plupart brûlés vifs. Malgré leur aide, ils ne purent sauver que peu de monde… Les hommes étaient égorgés, empalés ou tailladés sans discussion préalable… Les femmes subissaient les coups de reins des envahisseurs avant d’être renvoyés dans les bâtiments en flamme… Les enfants étaient jetés dans une fosse commune avant d’être aspergés d’huile bouillante…. Les Défias et les révoltés avaient réduit la Colline des Sentinelles en un champ de ruine.


     Désormais, ils étaient à Ruisselune afin d’étouffer la propagation de la révolte. Barthikorn se l’était juré… Il ne laisserait pas la barbarie qu’il a vu à la Colline se reproduire. Observant depuis le haut de la butte le village abandonné, il songeait aux monstres qui y rodaient… les Défias de Vanessa VanCleef, une gamine qui n’a pas su supporter le châtiment rendu à son père pour avoir trahi la Couronne. Son caprice a mené à la mort de fiers défenseurs de l’Alliance… Son appel à la vengeance a apporté mort et désolation…. Il fallait que cela cesse.
     Une main se posa sur ses épaules, le tirant de ses pensées :
     - « Nous l’aurons… Je te le promets… » affirma une voix féminine à ses oreilles. Il tourna le regard vers Salrin qui, les yeux rougis par les larmes, s’exprimait avec la plus profonde détermination. Il acquiesça tandis que la femme paladin reprit. « Nous ne bougerons pas tant qu’elle ne sera pas traînée devant la Sainte Lumière… C’est bien plus qu’une question de vengeance ou je ne sais quoi… Il en va de notre honneur… en tant que défenseurs de la Lumière… en tant que membres d’une même nation…. » Elle marqua une pause … « En tant qu’êtres humains… ». Barthikorn toisa cette femme en laquelle il admirait la pugnacité et son idéal de justice.
     - « Oui… tu as raison… » Ses poings se serrèrent. « Les autres sont prêts ? ». Sans quitter la ville abandonnée du regard, elle donna sa réponse.
     - « Pas tout à fait, nous pourrons commencer dans une heure… Ils devront connaître le sens du mot « jugement »… » chuchota-t-elle dans un souffle.
     Les évènements de la Colline des Sentinelles les avaient tous marqués. Barthikorn et Salrin spécialement n’avaient pu trouver le sommeil ces derniers jours et passaient les rares moments de calme à se retrouver pour discuter. Leurs visions similaires du monde et de l’avenir de l’humanité en cette époque troublée les ont conduits à développer un profond sentiment de respect mutuel. Ils se considéraient en égal, tant sur le plan intellectuel que physique. A eux deux, ils formaient les stratégies du groupe et les formations de combat à respecter, décisions que les autres membres approuvaient unanimement. Ils avaient réussi en quelques jours à cimenter la cohésion du groupe tout en prenant les mesures qui s’imposaient : rationnement, tours de gardes ou encore recueillement sur les défunts…. Barthikorn savait que ces évènements resteraient gravés au plus profond de lui-même… Il y aurait selon lui un avant et un après Colline dans sa manière d’aborder les choses et les ambitions de sécession... Et il savait que Salrin en pensait tout autant. Ils restèrent tous les deux silencieux, à observer calmement le futur cadre de leurs opérations. Les minutes s’engrangeaient mais une seule idée l’habitait constamment. « Ce soir nous ferons justice Salrin… VanCleef devra payer pour ses crimes… ». Elle hocha la tête tandis qu’une larme coulait le long de sa joue.


     Le temps défilait tranquillement tandis qu’un raclement de gorge se fit entendre. La nuit était tombée.
     - « On est prêts Barth » s’exclama Ugh d’un ton hésitant, comme si elle ne souhaitait pas interrompre ce moment de recueillement. Le jeune guerrier se retourna, faisant claquer sa longue cape au vent, tandis que Salrin se dirigea vers sa tente.
     - « Donne-moi cinq minutes » déclara-t-il, se dirigeant vers sa couche. De là, il vérifia rapidement si son armure était correctement agencée et sanglée. Il serra davantage le nœud coulant retenant son baudrier et vérifia si son bouclier était facilement accessible. Il était temps.
     Il se retourna pour se diriger vers les autres membres de son groupe. Tous étaient présents et attendaient les ordres. Salrin était là elle-aussi… mais contrairement à son habitude elle resta avec les autres, prête à écouter plutôt qu’à ordonner. Il serait seul à décider ce soir… Heyl, Ugh, Grel et Tyril, Salrin… tous étaient des champions dans leur discipline et pourtant les voilà désemparés, cherchant difficilement un sens à leur action, à leur compétence, à leur existence, alors même qu’ils avaient été, tous autant qu’ils le soient, incapable de sauver une bourgade. Barthikorn n’était certainement pas un grand orateur… il rougissait dès l’instant où il devait parler devant plus de 2 personnes… mais ce soir, il n’avait pas envie… Non… Ce soir, il ne chercherait pas à discourir… il parlerait… avec ses termes, ses visions, son vécu… son cœur.

     « Bon les gars… Je ne chercherai pas à vous dire que nous avons fait du mieux que nous le pouvions. Je ne chercherai pas non plus à affirmer que notre présence aux côtés de la Garde Royale de la Colline n’aurait au fond rien changé. Je ne chercherai pas enfin à prétendre à l’innocence totale dans ce qui s’est déroulé… Tout ça, je ne le dirai pas… car au fond, nous le savons tous… c’est faux. Ben sûr que nous aurions pu faire davantage. Nous aurions pu rester en ville et combattre la corruption au lieu de fuir dans les plaines. Nous aurions pu prendre les armes et défendre nos valeurs…. Défendre des innocents qui reçoivent injustement le châtiment que VanCleef voulait donner à la Couronne. Nous aurions pu empêcher tout cela… Mais nous ne l’avons pas fait. Nous sommes coupables ! Oui ! Nous sommes tout autant coupables que les Défias dans le massacre qui s’est déroulé sous nos yeux. Nous avions les capacités de mettre un terme à cette mascarade. Et je vous le dis… nous aurions dû le faire ! Pour l’Alliance, pour la Garde Royale, pour ce Maître de Guerre à qui on doit tous notre place actuellement… Mais nous n’avons rien fait.
      Que sommes-nous au fond, si ce n’est des gamins, des bleus, qu’on envoie indifféremment au front ? On pourrait dire que nous n’étions pas préparés… mais ce serait se mentir à nous même. Et je me refuse à ce genre de pratiques. Mais parce que nous sommes des bleus, nous sommes emplis d’idéaux. Nous n’avons peut-être pas la compétence et la sagesse de nos aînés, mais nous avons la fougue de nos idéaux. Aujourd’hui, nous aurons besoin de cette force, peut-être même la seule dont nous disposons, pour faire face à nos ennemis… Eux non plus ne sont pas préparés. Eux aussi ont commis des erreurs et eux aussi ont été manipulés. Pourtant, ils étaient maîtres de leurs gestes lorsqu’ils ont jeté les torches sur les bâtisses de bois. Comme nous sommes maîtres de nous même lorsque nous lancerons l’assaut. Tout comme nos ennemis qui restent persuadés d’agir pour le bien de la population, nous restons persuadés…. Ou plutôt je reste persuadé d’agir pour le bien de la civilisation. Aujourd’hui, nous avons la chance de mettre un terme à la barbarie qui s’est opérée sous nos propres yeux. Nous avons la chance de lutter contre la destruction de notre civilisation, pour la liberté, pour la paix que ces braves héros du Norfendre ont conquise, parfois au prix de leur vie. Aujourd’hui, nous avons la possibilité de minimiser nos fautes… que rien ne pourra les racheter. Ce soir, je ne vous ordonne rien… mais je vous le demande… non je vous en implore… défendez avec moi les valeurs que sont celles de l’Humanité, celles de l’Alliances des races libres d’Azeroth, contre les procédés de barbarie et de tyrannie.
     Ce soir, je ne compte pas tuer, je compte apporter la justice aux familles survivantes, aux proches des défunts. Non je ne vous demande pas de tuer, car rien ne nous différencierait d’eux, mais de blesser, de maîtriser ces pauvres individus qui ont délaissé la voie de la Lumière. Mes compagnons… mes amis… formons une dernière fois ce groupe maudit que nous sommes pour devenir, le temps d’un soir, les parangons de justice que ce vieux Maître de Guerre attendait de nous… »



     Il avait baissé la tête sur ces dernières paroles… et s’était agenouillé, l’émotion le tenaillant, pour les implorer de participer à cette dernière bataille.  « Relève toi, Barthikorn… ce n’est pas à toi de t’agenouiller… » furent  les paroles que prononça Heyl. Se relevant péniblement et remontant le regard vers ses congénères, il fut surpris d’y voir une nouvelle détermination. Heyl fut le premier à abaisser son sceptre…
     - « Barthikorn, mon bâton sera ton soutien dans ce combat. Ce ne peut être qu’un honneur de combattre aux côtés d’un héros. »
     - Grel, quant à lui, planta sa lance dans le sol asséché à ses pieds. « Je suivrai vos ordres aveuglément. Et ce sans une once d’hésitation. » Il n’en revenait pas… qu’avait-il dit pour ramener la flamme du combattant dans leur regard ? Il n’en savait rien… mais il en fut d’autant plus étonné lorsqu’Ugh et Salrin suivirent les deux autres.
      - « Sacré Barthi… Je comprends le Maître lorsqu’il dit que tu es spécial. Ma claymore est tienne ! »
      - « Tu peux également compter sur mon soutien. La Lumière guide tes paroles et tes actes, Barthikorn… et je serai là pour y voir cette incarnation. »
      - C’était juste… incroyable… « Mer… Merci… » finit-il par dire.
      - « Tu pourras toujours compter sur nous, chef ! » affirma le prêtre tandis que Salrin continua :
      - « Quels sont les ordres, capitaine ? » Cette remarque le fit sourire. Le voilà propulsé comme chef d’un groupe de prodiges qui, il en était certain, état capables de tous les miracles en cette soirée estivale.

     Il exposa donc sa stratégie, recherchant l’assentiment de ses camarades  à chacune des étapes de son raisonnement. Elle n’était pas nécessairement complexe mais sa stricte application était nécessaire. Il irait, avec Ugh et Salrin, au cœur du village tandis qu’Heyl et Grel défendraient une position d’où le chasseur pourrait alerter les renforts envoyés par Hurlevent grâce à une flèche incandescente. De leur côté, les 3 combattants au corps à corps devraient défendre le lieu choisit et attirer l’attention des ennemis jusqu’à l’arrivée des renforts. « Nous pouvons commencer » déclara-t-il, une fois la présentation terminée.


***


     Le groupe se précipita dans les ruines de Ruisselune. Assommant sur leur passage tous les opposants qu’ils rencontraient. Au loin, un cri ennemi alertait les révoltés de la présence d’intrus. Le jeu pouvait commencer. Heyl et Grel avaient déjà repéré le bâtiment depuis lequel ils souhaitaient pratiquer leur partie de l’opération et ils s’y engouffrèrent dès qu’ils le purent. Barthikorn et son groupe se positionna devant l’entrée. « N’oubliez pas, ne tuez que pour vous défendre ! » avait-il déclaré au groupe une fois à l’orée du village. Voilà qu’il était temps d’appliquer ce précepte. Ces gens n’étaient que de pauvres paysans sans un sou et qui, le dos au mur, tentaient vainement de survivre par tous les moyens. Ils ne méritaient pas la mort.
     Heurt de bouclier, Enchaînement… il repoussait sans peine les attaques qui lui étaient portées. Ces hommes et femmes souhaitaient réellement prendre Hurlevent ? Ils n’en avaient pourtant pas la force ! Ils étaient manipulés par la nouvelle confrérie Défias, réelle organisation criminelle qui, elle, ne méritait aucune forme de pitié pour avoir rasé une bourgade ! Le groupe tenait effectivement sans réels efforts face aux attaques des réfugiés. Aucun signe des bandits rouges non plus. Surement qu’ils devaient se terrer au fond de leur mine.
      Au loin, le cor de guerre de l’armée royale retentissait, annonçant sa mise en marche vers Ruisselune. Grel avait donc déjà alerté les renforts. Une dizaine de minutes à tenir encore suffiraient à remporter la victoire. Les réfugiés sortaient de toutes les bâtisses pour empêcher ces quelques aventuriers de mettre un terme à leurs espoirs d’émancipation. Ils pensaient encore pouvoir s’en sortir mais ils avaient déjà perdu. L’armée devait actuellement se mettre en place pour empêcher toute fuite de va-nu-pieds. Le cor retentit une seconde fois, bien plus proche. Il était temps de bouger !
      « Les gars, revenez, on y va ! » hurla Barthikorn dans le vacarme ambiant. Il laissait volontiers la piétaille aux bataillons d’infanterie. Lui visait beaucoup plus grand… Il se moquait bien de ses révoltés qui au final ne servait que de couverture à la Confrérie… Lui visait Vanessa elle-même et il savait où elle se tairait. Heyl et Grel descendirent et le groupe se mit en formation défensive : Barthikorn attirant, dans son armure étincelante, toutes les attentions des ennemis tandis que les autres, par des flèches tranquillisantes, des marteaux de la Justice ou des coups traumatisants immobilisaient et assommaient les nombreuses vagues de sans-abris. Les prodiges avançaient sans peine jusqu’à l’entrée de la galerie alors même que les hurlements de batailles de l’armée devenaient désormais audibles au loin.
     Les réfugiés hésitaient à les suivre, et certains commençaient même à fuir, se rendant compte de l’étau qui se refermait progressivement sur le village abandonné. Le groupe put se relâcher et s’engouffra dans les galeries souterraines de Ruisselune. Barthikorn savait que l’armée ne s’y rendrait pas, l’ancien capitaine de la garde de la Colline des Sentinelles lui ayant affirmé qu’elle ne souhaitait que capturer les réfugiés et briser la révolte et qu’elle s’intéressait peu aux rumeurs de renaissance de la Confrérie, pourtant réellement coupable. Si les forces armées d’Hurlevent étaient incapables de rendre justice, ce serait alors à lui et à ses camarades de l’apporter. Les Mortemines les attendaient !
Revenir en haut Aller en bas
Elunadore



avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 15/01/2015

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Mer 21 Jan 2015 - 8:40

Barthikorn a écrit:
Heyl, Ugh, Grel et Tyril, Salrin

Hum, tu cites 5 compagnons (hors Bathi), mais le groupe es-il pas censé comprendre 5 personnes (Barthi compris) ?

ça se sentait l'arrivée aux MM è_é Oublie pas de mettre en Nm hein, déjà que BT à 11 vous avez du mal :p
Revenir en haut Aller en bas
Barthikorn



avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/05/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Mer 21 Jan 2015 - 11:45

Tyril est le "pet" de Grel et je me disais qu'il fallait le citer car un chasseur n'est rien sans sa bête! Et pour Les Mortemines ... bah je sais que ça se sentait... mais je n'avais pas envie de faire encore un récit de combat ^^ Au prochain coup, j'ajouterai un peu plus de dynamisme à tout ça !


Revenir en haut Aller en bas
Colibry



avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Charente (16)

MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   Mer 21 Jan 2015 - 13:18

Bon j'ai pas encore lu mais je me suis dit "La vache ! c'est super long !!!!" (et comme je n'ai que 15 minutes devant moi, aurais-je le temps de savourer cette nouvelle aventure ?!)

Bon ben voilà, j'ai lu et je suis en retard.. mais bon c'était pour la bonne cause XP
La suiiiite !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: L'ascension de la lame   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'ascension de la lame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» La lame du ven... euh sang !!!
» Ascension
» la lame djinn, comment ça marche?
» lame piranha + tête funeste=???
» [Question résolue] Lame Fatale • Fellblade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ultima Ratio Regum :: La Taverne d' Ultima Ratio Regum :: Les Amoureux du Role Play-